Vive le Roi! Vive le Roi!

Sites amis

Martyrs

DEMAIN SUR NOS TOMBEAUX...LES BLES SERONT PLUS BEAUX


Aux sceptiques qui exigent le prix du sang,

il nous semble que répond assez clairement

la voix de ces "témoins qui se font tuer"


MARIUS PLATEAU, le premier martyr



Les premiers Camelots du Roi venaient de toutes les couches populaires de la nation et à commencer surtout parmi les employés et ouvriers royalistes de « L’accord Social » de Firmin Bacconnier au coude à coude avec quelques jeunes « bourgeois » du XVIIème ardt entraînés dans les ventes de journaux avec Henry de Lyons…Le garçon de course Marius Plateau, le menuisier Lucien Lacour…Marius Plateau, présent dans les équipes de Camelots auprès des familles ouvrières, quand il fallut aider à sauver, nourrir, consoler et reconstruire les logements détruits par les inondations de 1910...

Il fut Secrétaire général de la Ligue d'Action Française et responsable dans la Fédération des Camelots du Roi...Intrépide, loyal et bon compagnon, il avait les vertus et les talents d'un bon organisateur.

Il fut grièvement blessé lors de la première guerre mondiale (trépané).Les Camelots étant souvent en première ligne...Il était d'une grande intelligence et doué d'esprit stratégique...

Ecoutons sa citation à l'ordre de l'armée :"Vaillant sous-officier, le 20 septembre 1914, à l'attaque de la position de Port-Fontenoy, tous les officiers de la compagnie étant tombés, a fait irruption sur un glacis battu par des feux de mitrailleuses d'une extrême violence, pour faire diversion et attirer sur lui l'attention de l'ennemi.A enlevé ses hommes par son commandement énergique et entraînant, les enthousiasmant par son ardeur.A été grièvement bléssé, après avoir donné à tous le plus bel exemple d'héroïsme et d'abnégation."

Il fut assassiné, à son bureau rue de Rome, le 22 janvier 1923, en recevant une dame du nom de Germaine Berton, réputée anarchiste qui le tua à coups de revolver (on sent d'ailleurs la manipulation de la police politique).Elle déclara :"Je considérais Daudet et Maurras, comme responsables de l'occupation de la Ruhr"...Elle essaiera vainement d'atteindre les deux hommes et finira par choisir M.Plateau pour cible.Elle sera d'ailleurs acquittée quelques temps après, un fonctionnaire s'écriera d'ailleurs "Vive la République !"...La République avait ainsi de nouveau bien servi l'Allemagne (Unité avec la révolution et l'Empire, empêcher le retour d'Henri V avec Bismark, complicité avec Thiers pendant la Commune...)

Le cimetière Vaugirard ou il repose possède une statue faîte par Maxime Réal Del Sarte, président de la Fédération des Camelots du Roi....

 

 

 

Philippe Daudet, le second martyr
Le 25 novembre 1923, il disparait plusieurs jours au grand désespoir des parents losque Mme Daudet a l'intuition de chercher dans les hopitaux et le retrouve mort sur un lit à Lariboisière.La version officielle annonce un suicide dans un taxi parisien dont le conducteur se nomme Bajot.Celui-ci reconnaitra plus tard la thèse du montage policier...

Ernest BERGER, le troisième martyr
Trésorier de la ligue d'AF, assassiné à coup de revolver dans le dos le 26 mai 1925 sous les voûtes du métro Saint-Lazare.Cet évenement survient en pleine affaire Philippe Daudet.Le gouvernement étouffe l'assassinat en faisant passer la personne comme "démente totale" par une ordonnance de non-lieu, le 7 septembre

Jean GUIRAUD
Membre de l'AF, assassiné le 28 octobre 1928 à Pons (Charente Inférieure), par balle d'un garde mobile républicain alors qu'il mutilait la statue d'Emile Combes devant être inauguré par Herriot

Alphonse AUFSCHNEIDER
27 ans, ligueur d'AF, valet de chambre, assassiné par la police du régime républicain le 6 février 1934, lors de la manifestation d'une balle au coeur...

Costa CAMBO
42 ans, allié d'AF, chômeur, assassiné par la police du régime républicain le 6 février 1934, lors de la manifestation

Jules LECOMTE
35 ans, ligueur d'AF et Camelot du Roi, ouvrier chez Renault, assassiné par la police du régime républicain le 6 février 1934, lors de la manifestation d'une balle au ventre...

Georges ROUBAUDI
36 ans, ligueur d'AF et membre de l'Association Marius Plateau, industriel, assassiné par la police du régime républicain le 6 février 1934, lors de la manifestation

Charles LIEVIN

mort des suites de ses blessures par la police du régime républicain le 6 février 1934, lors de la manifestation

Raymond LALANDE
mort des suites de ses blessures par la police du régime républicain le 6 février 1934, lors de la manifestation

Lucien GARNIEL
16 ans, garçon boucher, meurt le 1er novembre, après une douloureuse agonie faisant suite aux blessures de la police du régime républicain le 6 février 1934, lors de la manifestation

Jean MOPIN
24 ans, garçon boucher, meurt le 7 décembre, suite aux blessures de la police du régime républicain le 6 février 1934, lors de la manifestation

 

Marcel LANGLOIS

 


Chef du 8e Groupe des Camelots du Roi de la Région Parisienne,

né en 1905 et habitant Saint Germain en Laye, major de sa promotion à l'Institut de Chimie, ingénieur dans la recherche.

Toujours devant dans les diverses responsabilités de la vie et en assumant les conséquences, au point critique où la décision et l'énergie sont requises par des circonstances aigues.

Le 10 juin 1933, au cours de la conférence pseudo-pacifiste faite au Musée Social, sous les auspices d'une prétendue "Union Douanière Européenne", par le futur maître de ballet-rose André Le Trocquer, ce fut Marcel Langlois qui mena ses camarades à l'assaut, consommant la déroute des pro-allemands et ce fut lui que la Xe Chambre Correctionnelle, le 8 juillet suivant, condamna à 4 mois de prison pour cette vigoureuse réaction de salubrité.

En septembre 1934, il fut avec de nombreux volontaires d'AF sur le Campana en Méditérranée avec Mgr le Comte de Paris alors en exil...

Le dimanche 3 fevrier 1935, lors d'une agression communiste sur un point de vente du journal au marché du Pecq (Seine et Oise), il intervint pour défendre les camelots en minorité face aux attaquants.Il se battit comme un lion et revint en sang mais dans la nuit un coup fatal prit sur la tête l'emporta...

Charles REMONDINO
Militants d'Action Française abattu par balle, à bout portant par les communistes le 26 avril 1936 en vendant le journal dans le quartier rouge de la Belle de Mai à Marseille ...

Maurice CRETON
Militants d'Action Française assassiné à Nancy par les communistes le 27 février 1937...

 


SOUVENEZ-VOUS

 

sur l'air du Carillon pour la Sainte Jeanne d'Arc

Orléans, Baugency                   Notre Dame de Cléry            Vendôme, Vendôme !

Maxime Brienne, survivant de 14, chantera leur sacrifice devant la police et la guerre :

Nous autres, nous autres.

Malgré les argousins.              Nous lui frayons son chemin             De fête, de fête !

Qu'ils aimaient la fleurir      Ceux-là qui devaient mourir... Comme elle, comme elle !

A vingt ans, souriants,          Camelots, étudiants,                 Par gerbes, par gerbes !

Leur aînés, Montesquiou,     Cellerier_qui, Dieu sait où,              Repose, repose_

Et Barral, à Soissons,           Les deux frères d'Harmenon,       Lagrange, Lagrange !

Entendez, c'est leurs noms     Que bercent avec leurs sons    Les cloches, les cloches,

Orléans, Domrémy,                Notre Dame de Paris,                Compiègne, Compiègne.

 


 
Vive le Roi!
Groupe d'Action Royaliste